La réflexologie Crânio-Sacrée

Cranio Réflexologie

par le Dr Martine Faure-Alderson

répertorié dans la réflexologie , initialement publié en édition 176 – Novembre 2010

La guérison par le TOUCHER et la réflexologie sont pratiquées depuis des millénaires. La thérapie cranio sacrée est un traitement non invasif qui a gagné une reconnaissance croissante au cours des dernières années. Cranio Réflexologie (RSE) se combine avec la thérapie cranio sacrée. La thérapie cranio-sacrée a été développée il y a environ 100 ans, au Missouri, par William G.Sutherland, un ostéopathe [1]. Au Royaume-Uni, suite à une série de conférences en 1970, cette thérapie a pris un nouvel élan, grâce à un autre ostéopathe américain, basé à Palm Beach, John E Upledger DO [2].  Puis, les années suivantes, le concept de ce qui est maintenant appelé cranio Réflexologie (RSE) a été développé par l’auteur, le Dr Faure-Alderson, comme une méthodologie distincte combinant Réflexologie ET  Thérapie crânio-sacrale [3].  Le Dr Faure-Alderson en est arrivée à relier les deux approches thérapeutiques, lorsque, au cours du traitement, elle a travaillé certaines zones du crâne et du sacrum, puis a continué à travailler les dix zones des pieds. Elle a découvert que les points dans les pieds correspondaient aux perturbations qu’elle ressentait dans le crâne ou sacrum. Après 25 ans d’observations, elle a documenté sa thérapie de combinaison. RSE est un traitement non-invasif, avec effet profond sur une variété de dysfonctionnements des systèmes, en particulier dans le domaine des traumatismes – notamment de traumatismes physiques, comme le coup du lapin- ou des traumatismes émotionnels où il agit sur la torsion ou déformation des membranes méningées enveloppant la moelle épinière.

Le diaphragme crânien

La RSE est une méthode thérapeutique qui combine l’utilisation de la pression sur des zones spécifiques du pied qui concernent les 12 nerfs crâniens, ainsi que sur l’impulsion du fluide céphalo-rachidien (LCR) qui entoure le cerveau et la moelle épinière. Le distingo entre cranio Therapy et de la RSE vient de ce que, avec ces derniers, on accède au fluide cephalo rachidien (LCR), à partir  d’un point dans le pied ou la main plutôt qu’à différents endroits sur le corps ou la tête. Sur le côté interne du pied et de la main, nous avons une zone de la colonne vertébrale où circule le liquide céphalo-rachidien. On le sent entre la base du crâne sur le point de sphéno basilaire symphyse (SBS), le sacrum et le coccyx. Le cerveau est au-dessus de la phalange distale du gros orteil. Il est également sur la face interne de la phalange distale du gros orteil. On trouve le trou occipital est trouvé là où l’atlas et l’axis sont situées. Les 12 paires de nerfs crâniens sont sur les phalanges de chaque orteil des doigts de pied droit et gauche, positionnées à l’identique sur chacun des pieds.

Zones réflexes des nerfs crâniens

La Cranio réflexologie aide à traiter les conditions liées aux traumatismes et au stress en équilibrant la répartition du LCR dans les quatre ventricules du cerveau. La pression appliquée aux points spécifiques sur les pieds permet de stimuler et d’harmoniser le rythme crânien [4] ou le mécanisme respiratoire primaire (MRP). Le mouvement du fluide céphalo rachidien (LCR) peut être ressenti dans les pieds, comme une impulsion ou une onde, et il est tout à fait différent de l’impulsion du cœur. Un rythme de six à douze cycles par minute est le LCR normal pour les êtres humains de tous âges. Il peut augmenter à vingt-cinq au cours d’une fièvre ou descendre aussi bas que deux, dans le cas d’un coma ou d’une anoxie. Pendant une maladie ou un traumatisme, il y aura aussi une variation de la vitesse d’écoulement [5]. Bien que ce rythme ait été toujours ressenti sur la tête, il peut être ressenti facilement sur les doigts ou les orteils.

Les sutures cranio-sacrées en réflexologie et la circulation dans le système crânien

Étude de cas – Dr Faure-Alderson

Marie, une petite fille de 5 ans, a été amenée à ma clinique 2 jours après une mauvaise chute sur le trottoir en face de sa maison. Les genoux, les mains et le menton ont été meurtris. Elle éprouvait des douleurs principalement à l’arrière de la tête et aussi dans le menton, dans les deux os temporaux et derrière les yeux. Ses maux de tête étaient intenses et elle a refusé de quitter les genoux de sa mère ou d’être touchée par qui que ce soit. Le seul accès qu’elle autorisait était ses pieds. J’ai commencé par masser son pied droit. J’ai commencé sur le côté interne du pied, dans la région de la colonne vertébrale, de l’atlas au coccyx. Puis je me mis à masser les articulations des orteils (plantaires et dorsales) qui correspondent à toutes les sutures du crâne, aux os de la tête ; puis la phalange distale des deux gros orteils – parce que l’os occipital s’y trouve, ainsi que les dents, la bouche et le menton-. Elle était très tendue et je ne pouvais rester sur cette partie pendant plus d’une minute ou deux. J’ai donc alterné entre le plexus solaire, la colonne vertébrale, au sacrum et au coccyx pour libérer la douleur dans sa tête. Dans un premier temps, le mécanisme primaire et LCR avaient un rythme très élevé (supérieur à 18 pulsations par minute) et son mouvement était très agité. Peu à peu, comme j’ai massé la zone vertébrale et les points de suture sur ses orteils, l’impulsion a commencé à ralentir (à partir de mesures prises sur la peau de ses pieds) et la douleur des maux de tête à céder, et finalement s’en aller.
Il a fallu trois traitements, chacun d’une durée de 40 minutes, à une semaine d’intervalle, afin de stabiliser l’enfant. C’est après le troisième traitement que le MRP et le LCR de l’enfant étaient de retour à 11 pulsations par minute. Pour tous ces traitements, je n’ai pas eu accès à la tête, au cou ou à la colonne vertébrale. Tous les résultats ont été obtenus entièrement par la réflexologie Cranio sacrée.

En guise de conclusion

Les bébés qui ont une naissance difficile sont très affectés par la compression des os du crâne, à savoir la fronto-sphénoïdal, les sutures occipito-mastoïdienne et la symphyse sphéno basilaire. Les symptômes se traduisent par des pleurs, de l’agitation, des vomissements et des coliques. S’il ne sont pas traités, ces enfants peuvent présenter à un âge plus avancé avec des maux de tête, des problèmes digestifs, un manque de concentration et des douleurs abdominales.
Dans les années 1960 et 70, le Dr Viola Frymann [6,7], un pédiatre américain, a examiné des milliers d’enfants d’âges différents. Elle a constaté que les symptômes créés pendant l’accouchement peuvent s’étendre à l’adolescence et même au-delà, à l’âge adulte. Ces personnes ne parviennent pas à atteindre leur plein potentiel, ce qui est une tragédie, étant donné la simplicité du traitement initial,  s’il est pratiqué dès le départ.
Une étude récente au Japon [8] a montré que la stimulation des zones réflexologiques sur le pied qui correspondent aux yeux, aux épaules et à l’intestin grêle, induit une réponse somatosensorielle qui pourrait être observée en utilisant l’imagerie par résonance magnétique.  Comme le pensent les réflexologues, cette étude semble confirmer que les effets de la stimulation des réflexes du pied sont démontrables scientifiquement. La poursuite des recherches ne fera qu’ajouter à la crédibilité des combinaisons thérapeutiques tels que la Reflexologie Cranio Sacré (RCS). En conclusion, la RCS est un pas en avant dans l’application de la réflexologie. Elle exploite le potentiel extraordinaire du cerveau créatif et apporte la santé par l’homéostasie et la réflexologie.

Références

  1. Sutherland WG. Avec Les Doigts penser. L’Académie crânienne. 1962
  2. JE Upledger. La thérapie crânio-sacrée. Eastland Press 1983.
  3. Faure – Alderson. La tête aux pieds. Clinique des thérapies naturelles.
  4. Faure – Alderson M. total reflexology.Healing art Press. 2008.
  5. Upledger J E. thérapie cranio-sacrée. Eastland Press 1983.
  6. Frymann, Dr Viola Frymann. Relations de perturbations de Cranio mécanismes sacrés la symptomatologie du nouveau-né – étude de 1 250 nourrissons. JA.OA 65-1059-75. 1966.
  7. Frymann, Dr Viola. Une étude du mouvement rythmique de la vie Cranium. JA.OA 70-928-45. 1971.
  8. T Nakamaru, N Miura, A Fukushima et R.Kawashima. Relations Somatotopical entre l’activité corticale, les zones réflexes en réflexologie: et l’étude d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, Neuroscience Letters.2008.